Yelenkoura : Une torche pour donner
une chance aux non-voyants
de « voir autrement » à travers l’IA !

Yelenkoura torche au test

Permettre aux aveugles, de pouvoir percevoir leur environnement : voilà l’ambitieux challenge, à la fois technologique, sanitaire certes mais profondément humanitaire qu’entendent relever ces jeunes soutenus par le Centre national Collaboratif de l’Éducation en Robotique.

Il s’agit d’un dispositif technologique de guidage pour non-voyants, dénommé Yelenkoura-Torche, leur permettant de se déplacer de façon autonome et sécurisée, en les communiquant des informations sur l’environnement immédiat, afin qu’ils puisent prendre des décisions. Le dispositif, porté sous forme de torche, permet d’avertir le déficient visuel des obstacles devant lui, en communiquant la distance de l’obstacle au non-voyant et lui permettre ainsi d’évaluer et de reconnaître un objetYelenkoura-Torche est un outil technologique développé par les jeunes roboticiens de Robots Mali (du Centre national Collaboratif de l’Éducation en Robotique), depuis, ils se sont organisés en startup dénommée Yelenkoura Technologie en 2019.

La cécité touche un grand nombre de personnes, plus de 36 Millions selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) en  (2018). On qualifie d’aveugle, une personne atteinte de cécité. Pour aider les personnes souffrant de ce handicap dans le monde à être autonomes, de nouveaux outils technologiques sont développés. Il s’agit de permettre aux malvoyants de mieux percevoir leur environnement et de communiquer plus facilement à travers l’intelligence artificielle.

Ce à quoi s’attaque la start-up Yelenkoura, une entreprise à vocation sociale, créée par Malick TRAORE et Michael Leventhal avec Drissa Diarra un militant pour l’accessibilité, lui-même non-voyant. Cette startup utilise la technologie des objets connectés, l’intelligence artificielle et la robotique pour mettre à la disposition des personnes vulnérables des dispositifs d’assistance adéquat. Ces jeunes scientifiques ont donc commencé par la réalisation d’un dispositif de mobilité pour les non-voyants, dénommé Yelenkoura torche.

Selon le CEO Malick TRAORE, « Cette startup est née d’un rapprochement avec les non-voyants, à l’issue d’une longue réflexion pour apporter notre appui à cette communauté fragile qui a tant besoin de notre aide ».

Actuellement en ce 21ème siècle, le monde tend vers la digitalisation et personne ne peut se passer de la quatrième révolution industrielle. Les handicapés visuels ne demandent pas beaucoup ; ils veulent juste être autonomes, indépendantes. Seule la technologie peut réaliser ce rêve. Ce qui a conduit les roboticiens de Yelenkoura à mettre en place ce dispositif pour les non-voyants du Mali et d’ailleurs.

Ils envisagent ainsi de développer plusieurs solutions autant sur la mobilité autonome que sur d’autre problème pour le déficient visuel, à travers les technologies IOT et l’intelligence artificielle, à moindre coût pour que tout le monde puisse s’en procurer facilement. « Nous voulons devenir une entreprise de référence dans la sous-région, en termes de solutions d’assistance aux personnes atteintes de handicaps en générale », espère M. TRAORE.

La startup a une vision plus large qui est de servir tous les handicapés, en mettant à leur disposition des solutions innovantes pour faciliter leur quotidien. Pour la bonne marche de ce projet, les jeunes roboticiens de Yelenkoura sont en contact direct avec les utilisateurs notamment l’Union Malienne des Aveugles, afin d’apporter au besoin des améliorations au dispositif.

Yelenkoura fait preuve d’une forte résilience, face aux maux qui assaillent le développement de l’entreprise, dont entre autres le manque de financement pour la phase d’industrialisation du prototype, des partenaires d’achat pour appuyer les non-voyants, la majorité d’entre eux ne disposant pas d’assez de moyens, etc.

Pour l’élargissement de son champ d’activités, Yelenkoura lance un appel à toutes les bonnes volontés à s’associer à cette startup pour son développement et favoriser l’inclusivité sociale. Le nouveau dispositif reste en tout cas une initiative innovante à encourager.

Rokia Diawara
Journaliste Kingui Actu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *